Archive

Vous parcourez actuellement les archives de la catégorie Livre

sept

19

Livre de Marcel Parinaud à paraître, lancement d’une souscription

Par JYCC

Le nouveau livre de Marcel Parinaud sur les migrations en Haute-Corrèze et particulièrement à Meymac, va bientôt paraître.

Une souscription est lancée à un prix avantageux.

Si vous souhaitez en bénéficier, veuillez trouver ci-joint la quatrième de couverture du livre et un bon de souscription.

Merci de diffuser autour de vous.

août

10

Nouvelle famille de Meymac-près-Bordeaux par Marcel Parinaud

Par JYCC

août

3

Séance de dédicace samedi 4 août 2018 à Davignac

Par JYCC

Marcel Parinaud dédicacera son dernier livre demain à Davignac.

jan

6

Parution d’un nouveau livre écrit par Marcel Parinaud

Par JYCC

sept

1

France bleu

Par JYCC

Un romancier s’empare de l’histoire de Meymac-près-Bordeaux !

juil

28

Séance de dédicaces

Par JYCC

Une séance de dédicace aura lieu samedi 12 août 2017 à l’espace de la Luzège, avenue du Gaud à Meymac avec la présence de trois auteurs :

Florian Arfeuillère dédicacera :

Meymac est près de Bordeaux? Vraiment? Comment diable ces paysans des hauts plateaux corréziens ont réussi à vendre du vin issu de vignes poussant à 300km de chez eux? Comment atteindre des Belges après un périple improbable le long de la Dordogne et ses gabares, à pied, à cheval? La réponse  dans le roman Corrèze-près-Bordeaux.

Michel Cousin dédicacera :

Marcel Parinaud dédicacera :

Ces dédicaces auront lieu de 16h à 16h30, de 17h30 à 18h puis de 19h à 20h.

sept

13

Les aventures extraordinaires de Gaye Bordas

Par JYCC

Le livre « Les aventures extraordinaires de Gaye Bordas » écrit par Bruno Poissonnier vient de paraître aux édition de Borée.

Entretien avec Bruno Poissonnier

par les Editions de Borée

Entretien avec Bruno Poissonnier

Maçon, apiculteur puis batelier, Bruno Poissonnier est aujourd’hui romancier. Comme nombre d’écrivains, il a participé à des résidences d’auteur, où il a pris goût à la conduite d’ateliers d’écriture qu’il anime dans des maisons de retraite ou des centres de détention.
Auteur touche-à-tout – roman, nouvelle, conte, récit fantastique -, il a notamment publié aux éditions Métailié des courts romans liés à la batellerie, Le Dernier Voyage et La Remorque.

Pouvez-vous nous parler de votre livre, quel est le thème central ?
Le thème central est la quête d’un homme sans nom pour en gagner un, un homme qui veut furieusement exister dans une société dure et complexe mais en grande ébullition. .(le 19ème siècle) En ce sens Gaye-Bordas est un reflet parfaitement contemporain des aspirations et des combats des hommes qui tentent toujours d’approcher les soleils de la fortune et de la notoriété.

Qu’est-ce qui vous a donné envie de faire ce livre ?
Gaye-Bordas lui-même en son cimetière de Meymac,(haute Corrèze) où toute la région le remercie, par l’entremise d’un ex-voto maladroit et émouvant, d’avoir contribué à l’enrichir. Je faisais des repérages pour un roman qui devait traiter des migrations internes à la France des populations très pauvres du Massif Central, dans la compagnie de Marcel Parinaud, historien local à l’érudition aussi vaste que la gentillesse. Il m’a présenté Gaye-Bordas avec chaleur, m’en a conté la légende, car il n’y a que très peu de documents officiels concernant son étonnante existence.
Rapidement Gaye Bordas s’est imposé à mon embryon de livre, en a chassé les personnages et m’a convaincu de les remplacer par lui, d’abord, et par quelques autres, piochés parmi les étonnants marchands de vin qu’il a formé et envoyés par centaines sur les routes du Nord et de Belgique.

La soif de notoriété de Gaye-Bordas était encore tellement vive qu’il a donné carte blanche à mon imagination pour le faire revivre et, bien que convaincu de l’avoir servi, je pense néanmoins avoir été encore en deçà de ce qu’il a dû être.

Comment vous vient l’inspiration ?
Comme la soif..

Que voulez-vous dire à vos lecteurs et peut être futurs lecteurs ?
Je ne suis pas un auteur à « message ». J’aime conter. J’aime par dessus tout raconter des vies d’hommes et de femmes, dans lesquels toute l’humanité vient se condenser, avec ses grandeurs et ses misères, avec ses quêtes et ses drôleries. Je raconte comme d’autres peignent, je n’impose rien de ce que je crois ou je pense, c’est ma bonne façon de respecter mes lecteurs.

Avez-vous toujours eu envie d’être écrivain ? Qu’est-ce qui vous a amené à devenir écrivain ?
Non, je n’y a pensé que quand plusieurs manuscrits se sont empilés dans mes tiroirs. Quand je n’ai plus pu faire l’autruche sur cette nouvelle manie et qu’il a bien fallu affronter la publication. Ça n’a pas été simple. Ça ne l’est toujours pas. Mais écrire est un tel bonheur..

Quels sont vos rituels d’écriture ?
Je vais vous décevoir : je n’ai pas de rituel d’écriture et je me sers exclusivement du clavier d’un ordinateur, sous les combles de la maison où est installé mon bureau, souvent dans la compagnie d’un vieux chat radoteur. J’écris comme je vis. Davantage à coup de désirs ou de colères que de contraintes, même raisonnables.

avr

11

Retrouvez « Meymac-près-Bordeaux » dans un polar…

Par JYCC

Le héros de Franck Linol, le commissaire Dumontel, grand amateur de vins et particulièrement de vins de Bordeaux, se devait de rencontrer Meymac-près-Bordeaux. C’est un journaliste de Limoges qui lui en fait le récit au cours de sa dernière enquête…

Bonne lecture à tous !